Frédéric Grimaud

Passionné par la photographie, Frédéric Grimaud a concilié passion et profession depuis plus de 20 ans.

Les gens, aller à leur rencontre, les écouter, et les aider si besoin à travers ses clichés : c’est le moteur de Frédéric Grimaud depuis qu’il a été piqué par le virus de la photographie. « C’était en 1997. J’étais en deuxième année d’IUT Bio. J’étais dans la cité universitaire, dehors avec des copains. J’ai soudain pensé que j’avais assez d’argent pour investir dans un appareil photo. » Lorsqu’il annonce à ses copains qu’il va s’acheter un kit avec deux zooms et vouloir devenir pro « ils ne m’ont pas pris au sérieux ».

Le jeune homme de 22 ans d’alors est aussi sérieux que l’adolescent de 14 lorsque, du jour au lendemain, il s’est mis à la batterie. « Un coup de cœur à une fête de la musique. » Aujourd’hui, il joue dans un groupe de rock, The Devil’s Shoes. Des passions qui lui sont « tombées dessus » mais qui trouvent probablement leurs origines dans les goûts de ses parents. Une mère passionnée de nature et de photo qui après des études de biologie a pris le temps d’élever ses quatre enfants. Un père directeur d’hôpital qui joue de la trompette. C’est aussi lui qui l’a sensibilisé à regarder les humains qui l’entourent.

Puis, en juillet 2001, il quitte pour la première fois l’Europe et part au Bénin avec la coopération Evreux/Djougou. Mais la vraie révélation, il la connaît au Népal, en 2007.

« Le pays que je suivrai sur le long terme. » Il y retourne en 2010, puis 2013 et 2015, deux semaines après le séisme.

Le Népal, un livre pour aider les gens démunis, en souffrance. Faire des portraits de ces visages qui malgré tout sourient, accueillent. Les femmes, les enfants, les hommes, « surtout les vieilles femmes burinées. » Fixer le temps à travers ses images, comme lorsqu’il explore les friches urbaines. Des aventures qui, comme les voyages, ne sont pas sans lui inspirer des craintes car « je me rends compte que j’ai besoin de sécurité ». Alors, à chaque fois qu’il part à l’étranger ou s’enfonce dans un site industriel désaffecté, il doit « se préparer », surmonter ses peurs qui frisent parfois l’irrationnel. « Dans les friches, il se passe des choses bizarres, explique-t-il. Je me souviens, dans un grenier, d’un caillou qui tombe du toit sur ma gauche, à quelques mètres de moi. Je tourne la tête et je vois un béret, posé verticalement sur une poutre, qui oscille, longtemps, nettement, régulièrement. Ou encore ce son dans un bâtiment au Neubourg. Je me suis retenu de fuir mais l’atmosphère était pesante. Je n’étais pas le bienvenue. Je n’aimerais pas être envoûté. On ne joue pas avec les esprits. »

Aujourd’hui, il réalise des prises de vues aériennes par drone en tant que professionnel.

Il crée tout type d’images vidéos et photograhiques : tourisme, évènementiel, entreprise / industrie et BTP, patrimoine, immobilier, mariage, anniversaires, projets artistiques…


Les collections de Frédéric Grimaud

N° 0063 - Frédéric Grimaud - Série 01

 

 

Collection 0063

Frédéric Grimaud

 # 01

 

N° 0064 - Frédéric Grimaud - Série 02

 

 

Collection 0064

Frédéric Grimaud

 # 02

 

N° 0064 - Frédéric Grimaud - Série 03

 

 

Collection 0065

Frédéric Grimaud

 # 03